La faculté d'attention

En Kinésiologie, nous accordons de l'importance aux exercices pouvant être refaits à la maison après une séance afin d'ancrer durablement le changement mis en place et d'en expérimenter les bienfaits. Il m'arrive souvent de proposer des exercices de mouvements croisés, d'ancrage, d'équilibration de l'énergie visuelle ou auditive...Ceux-ci permettent à notre corps et à notre cerveau de développer notre précieuse faculté d'attention.





La formation de la faculté d’attention est le but véritable et presque unique intérêt des études. La plupart des exercices scolaires ont aussi un intérêt intrinsèque; mais cet intérêt est secondaire. Tous les exercices qui font vraiment appel au pouvoir d’attention sont intéressants au même titre et presque également. N’avoir ni don ni goût naturel pour la géométrie n’empêche pas la recherche d’un problème ou l’étude d’une démonstration de développer l’attention. C’est presque le contraire. C’est presque une circonstance favorable au développement de l’attention. L’attention, poursuit Simone Weil, est donc une faculté royale pour réussir, non seulement ses études, mais aussi pour réussir dans la vie. Or, force est d’admettre que cet apprentissage de l’attention est sévèrement malmené par les méthodes éducatives modernes, qui ne sont que le reflet de notre mode d’existence. Le « vagabondage cérébral », qui est l’anéantissement de la faculté d’attention, met en péril le fonctionnement de l’esprit et peut générer de lourdes souffrances psychiques. Il nous appartient donc d’entrainer nos enfants à fortifier leur capacité d’attention, par des exercices appropriés, tels que les mouvements Brain Gymproposés en Edu-Kinésiology susceptibles de remettre en vigueur l’exercice de l’attention chez nos enfants. * Simone Weil, Attente de Dieu, Réflexions sur le bon usage des études, Albin Michel, p 95 à 100